Hypothyroidie

Hypothyroïdie de l’enfant : des causes au traitement

L' hypothyroïdie est une maladie grave chez l'enfant. En effet, la glande thyroïde produit des hormones indispensables au développement physique et intellectuel des enfants. Aussi, les pédiatres sont très attentifs à les rechercher.

Les déficits en sécrétion d’hormones thyroïdiennes, ou  hypothyroïdies, peuvent avoir de multiples causes.  La compensation du déficit hormonal par la lévothyroxine doit donc être adaptée à chaque cas particulier. Depuis quelque temps, les soucis avec le Levothyrox, le médicament des hypothyroïdies soulèvent beaucoup de polémiques.

L' hypothyroïdie congénitale

Un  déficit présent chez un nouveau-né, appelé hypothyroïdie congénitale, peut donc induire des conséquences considérables. Heureusement, l’introduction d’un traitement par hormone thyroïdienne dès les premiers jours de la vie donne des résultats remarquables.

Quotient intellectuelAuparavant, faute d’un traitement précoce, le quotient intellectuel (QI) moyen était de 76. Pour donner un repère approximatif, une intelligence normale ou moyenne correspond à un QI de 90 à 110. Plus concrètement, 40% des enfants avaient alors besoin d’une éducation spécialisée. Ces situations graves ont disparu depuis le dépistage néonatal de l'hypothyroïdie.

Le dépistage néonatal de l'hyperthyroïdie

Dans les années 1970, un québécois, le Pr Dussault, a mis au point un dosage radio-immunologique de la lévothyroxine (T4) spécifiquement pour le dépistage de l'hypothyroïdie congénitale. Le succès a été tellement brillant que le dépistage néonatal est généralisé en France depuis 1978.

Quand et comment est réalisé le dépistage de l'hypothyroïdie ?

Dépistage néonatalAu 3ème jour, une goutte de sang prélevée au talon du nouveau-né permet l’analyse avec des techniques d’analyse améliorées par rapport aux années 1970.

C’est un progrès considérable. Ainsi, on estime qu'en l'absence de dépistage, 96 à 99 % des diagnostics  ne seraient portés qu’après la période néonatale, donc trop tardivement.

Lire également l'article : Le dépistage néonatal à la maternité, pour plus de précisions.

Les différentes causes d'hypothyroïdie congénitale

Quand l'hypothyroïdie est présente dès la naissance, on parle d'hypothyroïdie congénitale.

Il existe plusieurs causes d'hypothyroïdie congénitale :

L'ectopie thyroïdienne

La glande peut être en situation anormale (ectopie).

HypothyroidiePourquoi ? Normalement, le tissu thyroïdien migre depuis la base de la langue jusqu’à sa position habituelle, à la base du cou. Aussi, si sa migration s’arrête trop tôt, il va alors se situer dans une zone anatomique qui n'est pas propice à son développement. Environ 85 % des nouveau-nés avec une hypothyroïdie permanente ont une ectopie thyroïdienne.

L'hypoplasie / agénésie thyroïdienne

La glande peut-être en situation habituelle, mais peu développée (hypoplasie). Ou  elle peut ne pas se développer sur l'un des deux côtés (hémi agénésie). Elle peut également être totalement absente (athyréose, environ 15 à 20 % des cas).

L'insuffisance de production des hormones thyroïdiennes

Parfois, le tissu thyroïdien est bien en place, mais il ne fabrique pas suffisamment d'hormones thyroïdiennes, les T4 et T3. On appelle cela un trouble de l'hormonosynthèse. Certains sont transitoires.

Parfois c'est l'hormone hypophysaire qui ne fonctionne pas bien. Cette glande stimulant la thyroïde pour sa production d'hormones. Si elle ne fabrique pas assez  de TSH, la thyroïde n'est pas assez stimulée.

Les hypothyroïdies acquises

Certaines hypothyroïdies n'apparaissent que plus tard, dans l'enfance ou l'adolescence. Elles sont dites alors « acquises ». Les plus fréquentes sont les thyroïdites de Hashimoto.

Les différentes hypothyroïdies acquises

Les thyroïdites auto-immunes

Les plus fréquentes sont les thyroïdites auto-immunes en particulier la maladie de Hashimoto. C'est l'une des causes de décrochage scolaire inexpliqué avant que le diagnostic n'en soit porté grâce au dosage des anticorps anti thyroglobuline (marqués généralement : Ac anti-TG sur les ordonnances) et anti-thyropéroxydase (Ac anti-TPO).

La thyroïdite de Hashimoto se développe le plus souvent chez les filles à partir de l’âge de 11 ans. Elle est rare avant l’âge de 5 ans. Sa prévalence est de 1,2% .

Les autres causes d'hypothyroïdie acquise

Enfin, deux groupes sont très particuliers :

Les hyperthyroïdies (maladie de Basedow) pour lesquels certaines phases de traitement avec passage en hypothyroïdie thérapeutique peuvent nécessiter l'apport complémentaire de lévothyroxine

Les rares cancers thyroïdiens de l'enfant nécessitent l'ablation chirurgicale de la glande. Le remplacement des hormones qui ne peuvent plus être produites est assuré par un apport médicamenteux adapté de lévothyroxine T4.

La biologie, du diagnostic au suivi du traitement

L'industrie pharmaceutique, en s'efforçant d'isoler, à partir de thyroïdes animales, puis  de fabriquer les hormones thyroïdiennes, a transformé le pronostic de cette maladie.

Mais le diagnostic et l'adaptation du traitement étaient difficiles. Sans les progrès des analyses de biologie médicale, les difficultés auraient été plus grandes.

Depuis, le dosage de la TSH, hormone hypophysaire stimulant la production d'hormones thyroïdiennes est devenu un paramètre-clé. Le dosage des fractions libres de la thyroxine (tétra iodo tyronine T4) et éventuellement de la tri iodo tyronine (T3), qui sont les hormones thyroïdiennes, ont leur utilité qu’il faut se garder d’oublier. La concentration de TSH s'élève lorsqu'il n'y a pas suffisamment hormones thyroïdiennes dans le sang. Elle s'abaisse quand il y en a trop. Le pédiatre demeure néanmoins attentif aux autres causes de variation de la concentration de TSH

Le traitement de l'hypothyroïdie

L'hormone la plus largement utilisée est la lévothyroxine ou lévothyrox qui correspond à l'hormone thyroïdienne T4.

Chez les plus jeunes, c'est la lévothyroxine SERB en gouttes qui est la plus utilisée. Les gouttes permettent une prise plus facile chez les petits qui ne savent pas encore avaler les comprimés. Elles sont plus commodes pour délivrer de faibles doses et les adapter précisément. Chaque goutte contient 5 µg. Elles ont cependant un inconvénient, leur fragilité (instabilité) qui nécessite une conservation au réfrigérateur.

Chez l'enfant plus grand et l'adulte, la lévothyroxine est généralement prescrite en comprimés.  Cette forme permet une conservation plus facile, à température ambiante.

Sources :

  1. Site de l'ANSM [consulté le 2 avril 2018]
  2. Portail Orphanet [consulté le 2 avril 2018]
  3. Association des malades de la thyroïde [site consulté le 2 avril 2018]
  4. Forum Thyroïde.net [consulté le 2 avril 2018]
  5. Société Française d'Endocrinologie Pédiatrique [consulté le 2 avril 2018]

Auteur :
Dr Jacques GUILLET
Dr Jacques GUILLET
Pédiatre, biologiste des hôpitaux, médecin nucléaire

Date de publication : 2 avril 2018
Dernière révision de l'article : 4 avril 2018

 

Page consultée : 684 fois
N'hésitez pas à donner votre avis en votant ci-dessous ou, si vous êtes abonné, à laisser un commentaire (les commentaires seront transmis et validés par nos rédacteurs avant publication ).
 
Imprimez cette page ou invitez vos amis sur ce site avec :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.