alimentation bébé 6 mois

L’alimentation bébé 6 mois à 9 mois : l’introduction des protéines animales

L'alimentation de bébé de 6 à 9 mois va se modifier. C'est l'occasion de connaître de nouvelles saveurs. La viande, le poisson, l'oeuf vont être introduits progressivement. On va également ajouter de petites quantités de matières grasses. Le nourrisson passe d'une alimentation composée essentiellement de biberons à des repas mixés, à la cuillère. Il faut donc lui proposer de l'eau.

 

L’introduction des protéines animales

Lesquels et comment

À partir de 6 mois, vous pouvez introduire les protéines animales. D’abord la viande blanche (veau, jambon sans couenne, rôti de porc, lapin), la volaille (poulet, dinde …)  puis la viande rouge (boeuf, cheval …).alimentation bébé 6 mois

La viande doit être bien cuite, grillée sans graisse ajoutée, rôtie, bouillie ou cuite à la vapeur. On peut utiliser toutes les viandes sauf les parties grasses du porc (côte de porc ou travers) et du mouton et les préparations de viandes : saucisse, boudin, cervelas …,  les charcuteries (sauf le jambon cuit découenné). Les abats ne sont plus recommandés avant l'âge de un an et doivent être très cuits.

Préférez les viandes maigres et ne donnez pas les parties contenant du gras à votre enfant, car celui-ci tolère encore mal les graisses cuites.

Jusqu'à l'âge de 3-4 ans, afin d'éviter les infections gastro-intestinales on recommande de bien cuire la viande qui a été hachée plutôt que de la donner saignante.

Puis on peut introduire le poisson en commençant par le poisson à chair blanche (colin, sole ... ). Introduction du poissonLe poisson peut être poché ou cuit à la vapeur. Tous les poissons frais ou surgelés peuvent être utilisés en préférant les filets et en vérifiant l’absence d’arêtes.

On évitera toutefois les poissons accumulateurs de PCB comme l'anguille, le barbeau, la brème, la carpe, la silure, l'espadon, le marin, le siki, le requin et la lamproie. On évitera de même les poissons susceptibles de présenter de fortes teneurs en méthyl-mercure (2) comme les requins, lamproies, espadons, marlins (proche de l'espadon) et sikis (variété de requin) et on limitera la consommation de poissons susceptibles d'être fortement contaminés à 60 g par semaine pour les enfants de moins de 30 mois : baudroies ou lottes, loup de l'Atlantique, bonite, anguille et civelle, empereur, hoplostète orange ou hoplostète de Méditerranée, grenadier , flétan de l'Atlantique, cardine, mulet, brochet, palomète, capelan de Méditerranée, pailona commun, raies, grande sébaste, voilier de l'Atlantique, sabre argent et sabre noir , dorade, pageot, escolier noir ou stromaté, rouvet, escolier serpent, esturgeon, thon …

Le poisson doit être proposé au moins 2 fois par semaine.

Il est riche en acide gras essentiel, important pour le bon développement du cerveau de votre enfant.
Ensuite, on débutera l’oeuf en commençant par le jaune d’oeuf dur, puis l’oeuf introduction de l'oeufentier dur . L’oeuf est proposé d’abord très cuit sous forme d’oeuf dur puis la cuisson peut être diminuée progressivement : l’omelette bien cuite, l’omelette baveuse, l’oeuf sur le plat puis l’oeuf à la coque … En effet, l’oeuf très cuit est souvent bien toléré alors que l’oeuf peu cuit peu entrainé plus fréquemment des allergies.

Attention!Évitez de faire gouter en premier l’oeuf dans une pâte à gâteau crue ou une mousse au chocolat. En commençant l’oeuf sous forme bien cuite votre enfant a de plus grandes chances de « tolérer » ensuite l’oeuf moins cuit, surtout s’il a de l’eczéma.

L’oeuf dur étant un peu sec et pas forcément très apprécié des jeunes enfants, mixé le au début avec un peu de purée.
L’oeuf sera donné une fois par semaine maximum.
Ces aliments seront d’abord mixés finement dans un robot. À ce stade, il est plus facile de bien mixer de façon homogène dans des mixeurs adaptés aux nourrissons. Je vous recommande les robots cuiseurs pour bébé types Babycook®.
À partir de 8- 9 mois, les aliments peuvent être moulinés plus grossièrement puis écrasés.

La fréquence

À partir de ce moment tâchez d’apporter une fois par semaine de l’oeuf, au moins 2 (à 3) fois par semaine du poisson et 3  fois par semaine de la viande.

Vous pouvez faire une purée de légumes (90 à 140 g soit l'équivalent d'un pot pour bébé de 130 gr) (voir le chapitre sur l’introduction progressive des fruits et légumes) ou prendre un petit pot de légumes de 130 g auxquels vous ajoutez un peu de protéines animales (viande, poisson ou oeuf) ou prendre un pot légumes-viande ou légumes-poisson de 200 g. Il n’existe pas de petit pot avec de l’oeuf. L’oeuf doit être ajouté séparément.

Les quantités

Les quantités de protéines alimentaires doivent être limitées.

• à 6 mois : 2 cuillères à café (10 g*) de viande ou de poisson ou 1/2 jaune d’oeuf dur

• 7-8 mois : 3 à 4 cuillères à café (15-20 g*) de viande ou de poisson ou 1/2 jaune d’œuf dur

• 9-12 mois : 4 à 5 cuillères à café (20-25 g*) de viande ou de poisson ou 1 jaune d’œuf dur ou 1/2 œuf dur
• 12-18 mois : 5 à 6 cuillères à café (25-30 g*) ou 1/2 gros œuf

• 3 ans : 40 g ou 1 oeuf

 

Apports recommandés en viande, poisson et oeuf en fonction de l'âge de l'enfant

Age Apports recom. par jour en g Apports recom. par jour en cuillères Apports recom. par semaine en oeuf
6 mois 10 g* de poisson ou viande 2 c.à c. de poisson ou viande 1/2 jaune d'oeuf dur
7 à 8 mois 15 à 20 g* de poisson ou viande 3 à 4 c.à c. de poisson ou viande 1/2 jaune d'oeuf dur
9 à 12 mois 20 à 25 g* de poisson ou viande 4 à 5 c.à c. de poisson ou viande 1 jaune d’œuf dur ou 1/2 œuf dur
12 à 24 mois 25 à 30 g* de poisson ou viande 5 à 6 c.à c. de poisson ou viande 1/2 gros œuf dur
 2 à 4 ans  40 à 60 g* de poisson ou viande  2 à 3 c.à s. de poisson ou viande  1 oeuf dur

* poids cru, sans déchets.

L'oeuf doit être proposé une fois par semaine, la viande 3 à 4 fois par semaine et le poisson 2 à 3 fois par semaine.

Abréviations : recom. : recommandés, c. à c. : cuillères à café, c. à s. : cuillère à soupe, g : grammes.

On ne doit pas donner de protéines alimentaires (viande, poisson ou oeuf) plus d’une fois par jour (en général à midi) jusqu’à l’âge de 6 ans.

Les quantités de protéines animales sont trop souvent en excès dans l’alimentation de nos enfants avec des risques de prendre trop de poids et de maladies cardio-vasculaires à l’âge adulte. Dans les pays industrialisés, la consommation de protéines est ainsi de 40 g/j entre 1 et 2 ans pour des apports recommandés de 10 à 20 g/j)

Les produits laitiers

Les laitages

Les produits laitiers ne doivent pas être commencés trop tôt, car ils sont plus concentrés en protéines. Il est donc préférable d’utiliser des laitages « destinés aux enfants en bas âge » jusqu’à 18 mois surtout s’ils doivent remplacer un biberon.
100 g de lait de femme contient 0,6 à 1,4 g de protéines, 100 g de lait de suite 1,5 à 2,4 g et 100 g de lait de croissance 1,5 à 2,7 g. Un laitage standard non adapté apporte 5 g de protéines (3,2 à 4,4 g/100g) et un petit-suisse 6 g.
On débute par les yaourts, petits-suisses, puis les fromages blancs natures sans sucre ou peu sucrés (1/2 cuillère à café) ou aromatisés.
Veillez à conserver 500 ml de lait ou équivalent par jour (voir le chapitre)

Les fromages

Les fromages au lait pasteurisé à pâte molle (kiri®, vache qui rit® …) peuvent être introduits à partir de l’âge de 9 mois (une portion par jour). Les autres fromages seront introduits vers le 12° mois.

Les matières grasseshuile alimentation bébé

Les matières grasses sont indispensables pour le développement du cerveau et la maturation neuro-sensorielle. Le cerveau de l’enfant double pratiquement de volume entre la naissance et 3 ans. Un enfant jusqu’à 3 ans a besoin de la moitié de ces apports sous forme de lipides alors qu’à partir de 3 ans les lipides ne représentent plus que 30 % de notre ration alimentaire.
Il faut donc ajouter un peu de matière grasse dès qu’on réduit les apports en lait 2° âge c’est-à-dire vers 6 à 7 mois.
Les matières grasses sont ajoutées sous forme crue, après la cuisson des aliments. Elles ne doivent pas être cuites avant l’âge de 3 ans (!!).
On ajoute 1 à 2 cuillères à café de matière grasse dans les légumes en privilégiant les huiles végétales en particulier l’huile de colza, de soja, de noix, d’olive et de temps en temps une noisette de beurre. On évitera la crème et la margarine.
On limitera les fritures avant l’âge de 2 - 3 ans, car le pancréas qui permet de digérer bien les graisses cuites se mature très tardivement.
Les huiles végétales doivent être préférées au beurre, car elles apportent des acides gras essentiels et sont plus riches en oméga 3 et oméga 6. Varier les huiles végétales permet de donner une grande variété d’acides gras essentiels. L’huile d’arachide n’est pas déconseillée. L’huile d’arachide raffinée que l’on trouve dans nos supermarchés n’est qu’exceptionnellement responsable d’allergie, mais ces qualités nutritionnelles font préférer les huiles citées plus haut.

L’eau

Au fur et à mesure que l’ alimentation devient solide, il faut commencer à proposer de l’eau. L’eau est donnée pure sans adjonction de sirop ou de sucre même si votre enfant ne l’apprécie pas initialement. On en propose dès qu’on retire le biberon de lait du repas.
Pensez à proposer également de l’eau en dehors des repas, surtout en été dès que les températures montent.

En conclusion

Entre 6 à 8 mois, votre enfant va donc prendre 2 biberons ou 2 tétées minimum le matin et le soir avec 1 à 2 cuillères à café de céréales le matin ou le soir (pas plus de 4 cuillères à café de céréales par jour).
- un déjeuner avec une purée de légumes et pommes de terre avec 10 g de viande/poisson ou oeuf et 1 à 2 cuillères à café ou une noisette de matière grasse, une compote ou un laitage et de l’eau.
- un goûter avec soit un biberon de lait ou une tétée soit un laitage avec une compote soit un laitage ou une compote avec un complément de lait.

 

FlèchePour avoir un menu type ente 6 et 9 mois voir le menu 6 à 9 mois

Sources :

  1. Comité de Nutrition de la Société Française de Pédiatrie, Alimentation de l'enfant en situations normale et pathologique, Progrès en pédiatrie, 2° édition, 2012, Ed. Doin.
  2. Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire
    de l’alimentation, de l’environnement et du travail, Consommation de poissons et exposition au méthylmercure [consulté le 24 avril 2016]
  3. Fiche alimentation 4-18 mois du CERIN, centre de recherche et d'information nutritionnelles [Cette brochure n'est plus éditée].

Auteur :
Dr Rondeleux EmmanuelleDr Emmanuelle RONDELEUX
Pédiatre, Allergologue, Homéopathe

Date de publication : 24 avril 2016
Dernière révision de l'article : 19 octobre 2018

 

Page consultée : 2 182 fois
N'hésitez pas à donner votre avis en votant ci-dessous ou, si vous êtes abonné, à laisser un commentaire (les commentaires seront transmis et validés par nos rédacteurs avant publication ).
 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.