Les articles réçents

Calculs rénaux : les recommandations diététiques chez l’enfant

Les calculs rénaux calciques, oxaliques et uriques en particulier, sont favorisés par les mauvaises habitudes alimentaires. Aussi, il est important de redresser les mauvaises habitudes sur boissons et l’alimentation fin de prévenir une récidive.

Les boissons

Le plus important est de boire en quantité suffisante. Cela dilue les urines et diminue le risque de former des calculs. 

Combien faut-il boire pour éviter les calculs rénaux de l'enfant ?

L'apport hydrique conseillé est de 80 à 100 ml par kilo de poids corporel jusqu'à 3 ans. Il passe ensuite de 60 à 70 ml par kilo de poids jusqu'à 10 ans.

Entre 1 et 3 ans il est recommandé de boire minimum 500 ml de lait pour couvrir les apports en Calcium et une partie des besoins en vitamine D. Il faut voir par contre moins de 750 ml de lait par jour à tout âge .

Les apports en eau recommandés sont donc de :

  • 1 à 3 ans : 500 ml /jr en plus du lait
  • 3 à 6 ans : 500 ml à 1 litre par jour
  • 6 à 12 ans 1,5 litre par jour
  • Après 12 ans : 2 litres par jour
  • Et plus s’il fait chaud ou si l'enfant a une activité physique

Quand faut-il boire ?

  • Tous les jours, en répartissant régulièrement les boissons sur toute la journée
  • En incluant le soir au coucher

Que faut-il boire ?

Eau riche en Calcium
  • Tous les liquides sont autorisés: l’eau du robinet ou en bouteille, une tisane…
  • Eviter l’eau gazeuse avant 3 ans 
  • La quantité des boissons est plus importante que la qualité

Quelles boissons consommer avec modération ?

  • Le thé trop fort, les boissons sucrées ou salées, le lait en trop grande quantité

Les trucs pour favoriser la bonne hydratation de votre enfant

Eau
  • Lui servir de petites quantités de liquide et ne pas insister pour qu’il boive jusqu’à la dernière goutte.
  • A l'école vous pouvez lui proposer une petite gourde ou bouteille de 500 ml qu'il remplira à la pause déjeuner.
  • Lui servir les liquides dans un verre coloré ou une gourde.
  • L’encourager à boire de petites gorgées d’eau tout au long de la journée.
  • Lui offrir du lait ou de l’eau aux repas.
  • Lui donner des fruits et des légumes aux repas et aux collations puisque ces aliments sont très riches en eau.

L'alimentation

Il ne s’agit pas d’un régime, mais d’un ajustement des habitudes alimentaires.

Les excès de calcium, sel, sucre, protéines animales, oxalate et acide urique favorisent la formation des calculs.

Les apports en calcium

  • Le calcium vient des produits laitiers et de l’eau
  • Il faut ni trop, ni trop peu de calcium
  • les apports fluctuent en fonction de l’age de votre enfant (voir

    Les besoins en Calcium pendant l’enfance)

  • Il es recommandé de prendre 2 à 3 portions de produits laitiers par jour selon la quantité de calcium de votre eau (voir étiquette)
  • 1 verre de lait (15 cl) = 1 yaourt = 100 g de fromage blanc
Calcium
Produit laitierTeneur en calcium en mg/ 100 g
Petits suisses100
Lait entier ou demi-écrémé120
Brie, chèvre frais, fromage blanc120 - 160
Crèmes glacées150
Yaourts150
Chèvre sec, Munster, Coulommiers200 - 250
Camembert, Bleu450
Roquefort, Cantal600 - 700
Gouda, Edam, Comté, Gruyère900 - 1 000
Emmental, Parmesan1 200
Teneur en calcium des produits laitiers
Eaux minérales naturelles platesTeneur en Calcium en mg/l
Talians596
Hépar555
Courmayeur557
Contrex486
Wattwiller288
Vittel202

Teneur en calcium de certaines eaux (liste complète sur www.aquamania.net)

En pratique: vous calculez puis vous choisissez

  • Si vous lui donnez de l’eau pauvre en calcium (moins de 20 mg/L), il.elle doit consommer plus de calcium sous forme de produits laitiers.
  • Si vous lui donnez de l’eau riche en calcium (plus de 400 mg/L), vous devez limiter la consommation de produits laitiers.

Apports en sel

Besoins en sel de l'enfant
  • L’excès de sel alimentaire augmente la natriurèse (quantité de sel dans les urines) qui favorise l’excrétion de calcium dans les urines
  • Il faut limiter les aliments et les repas trop salés (charcuterie, restauration rapide, plats cuisinés tout prêts)
  • Ne jamais ajouter de sel à table

Apports en protéines animales

Les protéines animales
  • Les protéines animales sont apportées par la viande, le poisson, la charcuterie et la volaille
    100 g de viande correspondent à 100 g de poisson
  • Vous trouverez les apports recommandés en viande selon l’âge sur la page :

    Les apports en protéines animales chez l’enfant

Apports en oxalate

  • Les aliments riches en oxalate qui favorise les calcules rénaux d'oxaliques doivent être consommés avec modération: en particulier le chocolat et le cacao
  • Mais aussi: cacahuètes, noix, noisettes, amandes, asperges, betteraves, rhubarbe, épinards, oseille, thé, figues
  • La vitamine C en grande quantité (500 mg à 1 g) est déconseillée

Apports en acide urique

  • Il faut limiter les aliments apportant de l’acide urique: charcuterie, abats (ris de veau, rognons, cervelle, foie…), gibier, certains poissons (hareng, thon, sardine à l’huile, anchois…) et les fruits de mer.
  • Consommer régulièrement des fruits et des légumes.
  • En cas de calculs d’acide urique, une eau alcaline riche en bicarbonate est conseillée.

En résumé pour éviter les calculs rénaux

  • Boissons: en quantités suffisantes
  • Calcium: selon les apports recommandés pour l’âge
  • Protéines: selon les apports recommandés pour l’âge, pas plus.
  • Sel: Ne jamais ajouter de sel à table
  • Oxalate: Eviter les aliments riches en oxalate : chocolat, cacao et cacahuètes
  • Acide urique: Eviter la charcuterie, les abats et le gibier
  • Sucres: Eviter les sucreries, les bonbons, les pâtisseries et les sodas

Maintenez une activité physique régulière

Evitez l’excès de calories

Variez l’alimentation et consommez des fibres (fruits et légumes)

Ces règles diététiques sont simples; Elles doivent être respectées à vie

Elles sont plus efficaces si votre enfant boit plus .

Elles réduisent fortement le risque de récidive.

Suivre ces règles diététiques réduit également le risque d’hypertension artérielle, de diabète et d’obésité

 

BOIRE, BOIRE ENCORE et MANGER MIEUX

Cela diminue le risque de faire ou de refaire des calculs

Si vous appréciez cet article, peut-être trouverez-vous d'autres sujets d'intérêt dans le chapitre :

 

Sources :

  1. Association Française d'urologie - Règles diététiques et calculs urinaires
  2. NéphroHUG - Recommandations diététiques en cas de calculs rénaux, Dr Vincent Bourquin

Auteur :
Dr Rondeleux EmmanuelleDr Emmanuelle RONDELEUX
Pédiatre, Allergologue, Homéopathe

Date de publication : 8 janvier 2023
Dernière révision de l'article : 8 janvier 2023

 

N'hésitez pas, si vous êtes abonné.e, à laisser un commentaire (les commentaires seront transmis et validés par nos rédacteurs avant publication ).

Recette du sérum physiologique maison

Préparez vous même votre sérum physiologique maison. Ce moyen est plus économique et vous permettra de pallier à la rupture de stock provisoire.  Il est également plus écologique. Ensuite, vous pouvez faire l'achat d'une seringue à embout souple en silicone pour bien moucher votre enfant.

Continuer la lecture de Recette du sérum physiologique maison

Pénurie d’antibiotiques et de paracétamol

Depuis décembre 2022 et probablement jusqu'en mars 2023, nous assistons à une pénurie d'antibiotiques pour les enfants. Depuis quelques temps déjà, il est également difficile de se procurer du paracétamol (Doliprane/ Efferalgan). Devant les fortes tensions, nous devons adapter nos traitements.

Continuer la lecture de Pénurie d’antibiotiques et de paracétamol

Infections à Streptocoque A

En décembre 2022, plusieurs cas d’infections à Streptocoque du Groupe A invasives ont été signalés chez des enfants. Ces cas, en nombre plus important qu’habituellement, ont été recensés dans différentes régions (Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine). Il faut rappeler cependant qu'une angine ou même une scarlatine sont des infections bénignes. Elles ne doivent être traitées par antibiotiques que si on a bien pu vérifier qu'elles étaient bien liées à un streptocoque.

Continuer la lecture de Infections à Streptocoque A

Le vaccin BEXSERO est désormais remboursé

Le BEXSERO, vaccin contre les Infections invasives à méningocoque B, est désormais remboursé en France chez tous les nourrissons de moins de 2 ans.

Pour obtenir le remboursement à 65 % (les 35% restant sont en général pris en charge par les mutuelles) , il faut que votre enfant est au moins initié sa vaccination avant 2 ans.

Ce vaccin protège contre les infections sévères à méningocoques B en particulier les méningites. 

Il est recommandé chez tous les nourrissons depuis juin 2021. Et depuis avril 2022, il fait parti du nouveau calendrier vaccinal avec une première dose à l’âge de 3 mois , la deuxième à 5 mois et la dose de rappel à 12 mois. À 12 mois, votre bébé aura donc 3 piqures : le vaccin Rougeole- Oreillions - Rubéole, le vaccin contre la méningite à méningocoques C et le vaccin contre la méningite à méningocoques B. Il est tout à fait possible de différer la vaccination contre le Méningocoque B pour éviter de faire 3 injections en même temps.

Calendrier Vaccinal 2022
Calendrier Vaccinal 2022

Ce vaccin n’est pas obligatoire à l’instar des autres vaccins du calendrier vaccinal des nourrissons, mais il a autant d’importance que les autres. Pour le rendre obligatoire, il faudrait la loi française comme cela a été fait pour les autres vaccins en 2017. Il est donc peu probable qu’il devienne obligatoire.

Les infections invasives à méningocoques C

Les infections invasives à méningocoques  représentent 500 cas par an et 50  à 60 décès par an en moyenne1. Le méningocoque B est la première cause de méningite à méningocoque en France (240 cas en 2019). Il y a une nette diminution depuis le confinement, mais les chiffres réaugmentent depuis octobre 2021. C’est pour cela que le gouvernement a malgré la diminution accepté l’intégration au calendrier vaccinal et le remboursement. Après une infection invasive à méningocoques, il y a 10 à 20 % de séquelles qui peuvent être très invalidantes. 

Vous pouvez consulter l’article sur les méningites

Efficacité et effets secondaires

Le méningocoque B n’est pas le seul responsable de méningite ni le seul vaccin. Grâce aux vaccins, le nombre de méningites bactériennes a fortement diminué en France. Le Bexsero fait parti du calendrier vaccinal depuis 2015 au Royaume-Uni avec une forte diminution des méningites à méningocoques B. Les effets secondaires sont surtout de la fièvre pendant 24 à 48 heures et une induration au point d’injection.

Des schémas de vaccination différents en fonction de l’âge de l’enfant

La vaccination peut aussi être initiée dès l'âge de 2 mois et avant l'âge de 2 ans. Les deux doses de primovaccination sont administrées à au moins deux mois d'intervalle. Une dose de rappel est nécessaire. Les schémas sont toute foi différents en fonction de l’âge de votre enfant :

• Vaccination initiée entre 2 et 5 mois 

Deux doses de 0,5 ml chacune en respectant un intervalle minimal de deux mois entre les doses de primovaccination .

Une dose de rappel entre 12 et 15 mois en respectant un délai d’au moins six mois entre la dernière dose de primovaccination et la dose de rappel.

• Nourrissons âgés de 6 à 11 mois : 

Deux doses de 0,5 ml chacune en respectant un intervalle minimal de deux mois entre les doses de primovaccination

Une dose de rappel au cours de la deuxième année avec un intervalle d’au moins 2 mois entre la primovaccination et la dose de rappel.

• Nourrissons âgés de 12 à 23 mois 

Deux doses de 0,5 ml chacune en respectant un intervalle minimal de deux mois entre les doses suivi d’une dose de rappel avec un intervalle de 12 à 23 mois entre la primovaccination et la dose de rappel.

Il est possible de co-administrer ce vaccin avec les autres vaccins du calendrier vaccinal.

Nous conseillions par ailleurs de revacciner les sujets à haut risque tous les 5 ans contre les méningocoques B et ACWY et de vacciner leur entourage familial uniquement contre les méningocoques B.

Si vous appréciez cet article, peut-être trouverez-vous d'autres sujets d'intérêt dans le chapitre :

 

Sources :

  1. Les chiffres-clés des infections invasives à méningocoque sur le site santé publique france [consulté le 30 avril 2022] 


Auteur :
Dr Rondeleux EmmanuelleDr Emmanuelle RONDELEUX
Pédiatre, Allergologue, Homéopathe

Date de publication : 1 mai 2022
Dernière révision de l'article : 4 mai 2022

 

[views]
N'hésitez pas, si vous êtes abonné.e, à laisser un commentaire (les commentaires seront transmis et validés par nos rédacteurs avant publication ).