Vaccin COVID et enfants

Pourquoi faut-il faire le vaccin COVID aux adolescents de de 12 à 18 ans ? Qu'en est-il des moins de 12 ans ? Et si mon enfant présente une allergie, dois-je le vacciner ? Trouvez les réponses à vos questions dans cet article.

Pourquoi faut-il vacciner nos adolescents de 12 à 18 ans ?

Initialement seul les vaccins Pfizer avait une autorisation de Mise sur le marché à partir de 16 ans, et pas encore d'études. Toute fois plus de 3,5 milliards de doses avaient déjà été injectées dans le monde. 7,5 millions de jeunes de 12 à 18 ans avaient reçu 2 doses de vaccins aux États-Unis. Les effets secondaires notables ont été peu fréquents et sans conséquences à court et moyen terme.

Nous disposons maintenant de 2 études pour les 2 vaccins à ARNm. Une étude chez des adolescents de 12 à 15 ans pour Pfizer-BioNTech (Cominarty®)  réalisée  sur 2 260 adolescents (vaccin contre placebo). Cette étude montre une bonne tolérance. Aucun cas de COVID-19 n’a été retrouvé chez les vaccinés contre 18 cas dans le groupe contrôle. Une AMM conditionnelle a donc été accordé mi-mai. Mi-Juillet une extension d'indication pour le vaccin Spikevax®  (Moderna) a été octroyé pour les adolescents de 12 à 17 ans sur la base d’une étude publiée en septembre, sur 3 732 sujets. Aucun des 2 163 enfants ayant reçu le vaccin n'a développé de COVID-19, contre 4 des 1 073 enfants ayant reçu le placébo. Les effets secondaires étaient similaires à ceux observés chez les personnes âgées de + 18 ans : douleur et gonflement au point d'injection, fatigue,  maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, hypertrophie des ganglions lymphatiques, frissons,  nausées,  vomissements et  fièvre. Ces effets étaient généralement considérés comme légers à modérés et s'amélioraient en quelques jours après la vaccination.

Des effets secondaires rares à type de péricardite et/ou myocardite ont été retrouvés après les campagnes de vaccination à large échelle. Chez les 12 à 17 ans ce risque était plus important après la 2° dose de vaccin (4 fois sur 5 il s'agissait de la 2°dose) et chez les garçons  (1/15.000 à 20.000 ) par rapport aux filles (1/100.000 à 1/150.000). Et ces inflammations des tissus cardiaques avec parfois épanchement régressent heureusement le plus souvent complètement.

 Pour ces raisons, il est maintenant recommandé de faire un dépistage sérologique rapide (TROD) avant chaque première injection de vaccin. Il suffit pour cela de prélever une goutte de sang au bout du doigt comme on le fait pour les diabétiques. Il permet en cas de positivité de ne vacciner votre enfant qu'avec une seule dose. 

De plus dans l’étude Pfizer, il semble que l’immunogénicité, la réponse au vaccin, soit 1,6 fois supérieure chez les 16 à 25 ans, comme cela est noté pour de nombreux vaccins (Hépatite B, Papillomavirus, Hépatite A), autorisant peut être moins de doses à l'avenir.

Avec l’émergence du nouveau variant ∂, beaucoup plus contagieux, la vaccination des adultes seuls ne suffira pas à arrêter l’épidémie. La vaccination des adultes reste toute foi prioritaire.

Les jeunes présentant des maladies chroniques affaiblissant leur système immunitaire (cancer, greffe d’organe ou de cellules souches hématopoïétiques, diabète), mais aussi une trisomie 21, une insuffisance cardiaque ou une surcharge pondérale importante sont plus à risque de développer une forme grave nécessitant une hospitalisation. Depuis le début de la pandémie 2 000 adolescents de 11 à 17 ans ont été hospitalisés dont environ 300 en réanimation.  La majorité avait une maladie sous-jacente.

Ils doivent donc également être vaccinés en priorité.

Pour les autres, même si le bénéfice individuel est négligeable au niveau médical, le Conseil National de Pédiatrie prend position sur les avantages non négligeables secondaires à la vaccination des 12-18 ans qui permettrait de :

  • Maintenir les écoles ouvertes
  • Poursuivre les activités de loisir 
  • Et garder une vie sociale épanouie.

Faut-il vacciner les moins de 12 ans ?

Vaccination des enfants de 5 à 11 ans présentant des facteurs de risques

Les enfants présentant :

- une maladie cardiaque et/ou respiratoire chronique (y compris l’asthme sévère nécessitant un traitement) 

- une maladie hépatique chronique

- une maladie neurologique

- une immunodéficience pathologique ou induite par médicaments (en particulier cancer et traitement anticancéreux)

- une obésité 

- un diabète de type 1 ou de type 2 

- une hémopathie maligne 

- une drépanocytose 

- ou une trisomie 21 

Sont à risque de développer une infection COVID plus sévère. L'HAS recommande donc de les vacciner depuis le 25 novembre 2021 (Lien vers l'avis de l'HAS) à partir du 15 décembre 2021.

Il en est de même pour les enfants de 5 à 11 ans vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou de personnes vulnérables non protégées par la vaccination.

Vaccination des enfants de 5 à 11 ans sans facteur de risques

Pour les autres,  les autorités envisagent l'élargissement de la vaccination dès le 20 décembre, sous réserve de l'avis des autorités sanitaires et du Conseil national d'éthique avant la fin de l'année. 

 Les États-Unis vaccinent dès à présent cette tranche d'âge. Toute fois ils ont 6 fois plus de décès d'enfants en lien avec le COVID en raison des importantes populations hispaniques, afro-américaines, afro-caribéennes et amérindiennes qui sont plus à risques de formes graves. Aux Etats-Unis, il y a eu à ce jour 94 décès chez les 5-11 ans contre 3 en France en raison du COVID et 8 300 hospitalisations contre 1284 en France pour une population 5 fois supérieure à la France. 

Le vaccin Pfizzer Cominarty a fait l'objet d'une étude sur 2 220 enfants de 5 à 11 ans avec une dose de 0,10 microgramme soit 1/3 de la dose adulte et 2 300 enfants de moins de 5 ans avec une dose de 0,03 microgramme soit 1/10° de la dose adulte. Les enfants ont reçu 2 injections à 3 semaines d'intervalle. Malgré les doses plus faibles la réponse au vaccin est similaire aux jeunes adultes et les effets secondaires proches de ceux de l'adulte (douleurs au point d'injection, rougeur, fièvre, fatigue ...). 3 enfants sur 1305 ont fait un COVID symptomatique dans le groupe vacciné contre 16 sur 663 enfants dans le groupe non vacciné soit une efficacité évaluée de 90,7%.

Le vaccin Spikevax Moderna est en cours d'étude sur une population  de 4 753 enfants de 5 à 11 ans recevant 2 injections à 1 mois d'intervalle à moitié dose adulte. Elle montrerait une bonne réponse immunitaire et une bonne tolérance. 

Toutefois, ces études sont réalisées chez un nombre trop faible d'enfants pour pouvoir recenser des effets secondaires rares comme les myocardites ou péricardites qui ne sont retrouvées qu'après administration de plusieurs millions de doses. 

Les jeunes enfants s'infectent moins souvent et, en dehors de la famille, sont rarement à  l'origine de la transmission du virus. Il faudra bien sur tenir compte de la contagiosité du variant Omicron encore mal connue.

Les sociétés savantes de pédiatrie viennent d'émettre leur avis. Elles  recommandent de vacciner les jeunes enfants présentant des facteurs de risques (cités plus haut). Les données des campagnes de vaccinations aux États-Unis et en Israël sont actuellement rassurantes et le vaccin a montré une efficacité sur la survenue des syndromes inflammatoires post- covid ( PIMS ou pseudo Kawasaki). D'avril 2020 à décembre 2021, 373 enfants âgés de 5 à 11 ans ont été hospitalisés pour un syndrome inflammatoire post-covid, le plus souvent en réanimation avec une évolution bien heureusement généralement favorable sans séquelles. Les sociétés de pédiatrie sont favorables à une ouverture de la vaccination aux familles des 5-11 ans qui le désirent sans obligation vaccinale.

Elles recommandent de dépister systématiquement un éventuel contact avec le COVID grâce au test de dépistage rapide sanguin (TROD) avant la 1° injection. Rappelons que les myocardites ou péricardites ont été décrites essentiellement lors de la dose de rappel. Et que, en cas de positivité,  votre enfant ne recevra qu' une seule dose. 

Les vaccinations peuvent se faire dans les centres de vaccinations mais également chez votre pédiatre ou votre généraliste si celui.celle-ci pratique les vaccinations COVID. 

Voici le lien sur le questionnaire que vous pouvez pré-remplir avant d'arriver sur le centre de vaccination ainsi que l'Autorisation parentale.

Avec quel vaccin sera vacciné mon enfant / adolescent ?

Les jeunes de 12 à 18 ans sont vaccinés avec le vaccin Pfizer avec les mêmes doses que les adultes. Les 5 à 11 ans recevront une dose de 0,10 microgramme soit 1/3 de la dose adulte de Pfizer. 2 injections sont nécessaires avec un intervalle de 3 (à 6) semaines.

La deuxième dose doit intervenir 3 semaines après la première, sauf dans les deux exceptions suivantes : 
- Les enfants ayant déjà contracté le Covid-19 ne doivent recevoir qu’une seule dose
- Les enfants ayant contracté le Covid-19 plus de 15 jours après la première dose de vaccin ne doivent recevoir qu’une seule dose. Il peut être alors considéré que l’infection représente une stimulation équivalente à l’injection d’une seconde dose de vaccin. 
- Les enfants ayant contracté le Covid-19 moins de 15 jours après la première dose de vaccin doivent recevoir une seconde dose deux mois après l’infection. 
L’intervalle entre les 2 vaccinations est de façon optimale de 21 jours plus ou moins 3 jours (soit 18 à 24 jours).

Mon enfant doit-il avoir un rappel de vaccination

A partir du 24 janvier 2022, les 12-17 ans peuvent bénéficier d'une dose de rappel (non obligatoire)  six mois après la complétude de leur schéma vaccinal de primo-vaccination. Soit 6 mois après la dernière injection ou infection ( Texte de DGS ).

Aucune information ce jour sur l’accès à une 4ème dose pour les plus de 18 ans ayant eu leur rappel il y a plus de 3 mois déjà.

A partir de quel âge mon enfant bénéficiera d'un PASSE vaccinal ?

Entrée en vigueur du passe vaccinal le 24 janvier 2022 pour les plus de 16 ans

Mon enfant a eu la COVID, puis-je le vacciner ?

Votre enfant peut être vacciné s'il a déjà eu la COVID mais un délai de 2 à 6 mois est nécessaire après l'infection. Il est nécessaire d’attendre au moins 2 mois après la fin des symptômes avant de procéder à la vaccination.

Mon enfant présente un asthme et/ou une allergie, est-ce que je peux le vacciner ?

Un enfant asthmatique peut faire une crise d'asthme au décours d'une infection par la COVID. Mais pour autant ce n'est pas un facteur de risque majeur d'infection plus grave. Il ne présente pas plus de risque de développer un effet secondaire suite au vaccin.

De même les enfants présentant une allergie alimentaire, aux insectes, aux pollens et / ou aux acariens n'ont pas plus de risque de développer une réaction suite au vaccin. Pour les allergies médicamenteuses, on se méfiera uniquement des enfants présentant des allergies à de nombreux médicaments notamment des médicaments laxatifs qui contiennent le seul excipient notoire du vaccin PFIZER le polyéthylène glycol (PEG). Les enfants allergiques aux antibiotiques comme les pénicillines peuvent recevoir le vaccin sans contre-indication. Parlez-en si besoin avec votre médecin au préalable.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter l'article du Conseil National Professionnel de Pédiatrie sur la vaccination contre le Covid-19 des adolescents du 22/07/2021.

Si vous appréciez cet article, peut-être trouverez-vous d'autres sujets d'intérêt dans le chapitre :
 
Sources :
  1. Position du Conseil National Professionnel de Pédiatrie sur la vaccination contre le Covid-19 des adolescents du 22/07/2021 [consulté le 26/07/21]
  2. La vaccination contre le COVID des enfants âgés de moins de 12 ans n'est pas urgente en France à ce jour - Communiqué de presse du 15 novembre 2021 des sociétés savantes de pédiatrie [consulté le 8/12/21]
  3. Auteur : Dr Rondeleux EmmanuelleDr Emmanuelle RONDELEUX
    Pédiatre, Allergologue, Homéopathe
    Date de publication : 26 juillet 2021
    Dernière révision de l'article : 27 janvier 2022
 
[views]
N'hésitez pas, si vous êtes abonné.e, à laisser un commentaire (les commentaires seront transmis et validés par nos rédacteurs avant publication ).