Vaccins obligatoires

Qu’en est-il des vaccins obligatoires actuellement ?

Le 27 mars 2017, en France, nous avions 11 vaccins recommandés chez le nourrisson et 3 vaccins obligatoires. Or aucune formule commerciale ne correspondait à ces 3 vaccinations obligatoires. Beaucoup de parents étaient perdus. Ils ne comprenaient pas pourquoi la loi française demandait de vacciner contre 3 maladies et n'exigeait pas un vaccin correspondant exactement à ces maladies.

Un texte de loi a été voté depuis (avec plus de 90 % d'avis favorables) sur l'obligation vaccinale pour les 11 vaccins recommandés.

Consultez l'article : Obligation vaccinale : nouvelle loi

3 vaccins obligatoires (avant le 1er Janvier 2018)

Avant le 1er janvier 2018, la loi française imposait seulement trois vaccins obligatoires pour les enfants de moins de 18 mois (la vaccination contre la Diphtérie, la Coqueluche et la Poliomyélite). Ces obligations vaccinales sont anciennes. La dernière vaccination rendue obligatoire était la Poliomyélite en 1964.

Depuis la loi n'avait pas été modifiée et d'autres vaccinations, non moins importantes ont été mises en place : la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, la vaccination contre la coqueluche, l'hépatite B puis l'Haemophilus influenzae, la vaccination contre les infections invasives à Pneumocoque, la vaccination contre le Rotavirus, la vaccination contre la méningite C puis B.

Mais pas de vaccination correspondante

Or aucune formule vaccinale ne correspondant à ces seuls vaccins obligatoires n’était commercialisée en France. Seuls des vaccins contenant 2 à 3 vaccinations supplémentaires, non obligatoires, la Coqueluche, l'Haemophilus B et, pour certains, l'Hépatite B sont disponibles actuellement.

Plusieurs dizaines de personnes ont demandé à la ministre de la Santé en novembre 2015 de disposer de vaccins DTP sans adjuvant. La ministre ayant refusé, ils ont saisi le Conseil d’État pour faire annuler la décision de la ministre.
Le Conseil d'Etat, dans un avis du 8 février 2017,  a annulé le refus du ministre et lui enjoint en conséquence, dans un délai de six mois, de prendre des mesures pour rendre disponibles des vaccins correspondants aux seules obligations de vaccination.

Cela impliquait :

  • Soit la mise à disposition d'un vaccin Diphtérie Tétanos Poliomyélite dans les 6 mois.
  • Ou la levée des obligations vaccinales.
  • Soit l'extension des obligations à l'ensemble des vaccins actuellement utilisés chez l'enfant ou au minimum à ceux compris dans le vaccin hexavalent ce qui nécessitait un texte législatif. C'est cette dernière option qui a été finalement retenue.

Les résultats de la concertation citoyenne pour la vaccination

Une concertation citoyenne sur la vaccination a eu lieu de Septembre à Octobre 2016. A l'issue de cette concertation, le comité d'orientation a préconisé le 30 Novembre 2016, un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant.

Cela concerne les 11 vaccins recommandés actuellement chez le nourrisson : la vaccination contre la Diphtérie, la Poliomyélite, le Tétanos, la Coqueluche, l'Haemophilus influenzae, l'Hépatite B, mais aussi contre la Rougeole, les Oreillons et la Rubéole, les infections invasives à Pneumocoque, la méningite à Méningocoque C qui deviennent ainsi des vaccins obligatoires au moins temporairement.

De nombreuses sociétés médicales ont soutenu cette décision et demandé au ministère de la Santé de prendre rapidement des mesures.  La loi vient seulement d'être votée (12 mois après les résultats de la concertation citoyenne !!) pour mettre temporairement obligatoire les 11 vaccinations recommandées du nourrisson.

L'objectif à long terme est la levée des obligations vaccinales. Mais, devant le climat de méfiance actuelle, une baisse du nombre d'enfants vaccinés constituerait un danger pour la santé publique.

Un vaccin DTP, pourquoi pas ?

Il ne vaccine pas contre les maladies les plus "à risque" en France

Rappelons également, car l'heure actuelle en France le danger pour nos enfants vient plus du risque d'infections invasives à Haemophilus influenzae ou de coqueluche pour les jeunes nourrissons.

Depuis l'introduction en France de la vaccination anti-Haemophilus influenzae de type b en 1992, le taux d'incidence annuel des méningites chez les enfants de moins d'un an est passé de 25 pour 100.000 personnes à 0,6 pour 100.000 personnes en 2008. Cette bactérie était également responsable d'une infection très grave, source d'une grande angoisse chez les urgentistes, car très difficile à traiter,  l'épiglottite aiguë.

Chez les très jeunes nourrissons, la coqueluche provoque des accès de toux mal tolérés, responsables de difficultés respiratoires importantes, d' asphyxies, de pauses respiratoires et/ou de ralentissements du rythme cardiaque. Elle est encore à l'origine d'environ 3 décès par an. Dans la très grande majorité des cas, ce sont des nourrissons de moins de 3 mois non vaccinés qui sont concernés.

Le vaccin DTP plus commercialisé

Il n'était  pas raisonnable de penser que l'état puisse rendre disponible le vaccin DTP dans un délai de six mois.  Le vaccin D.T. POLIO MERIEUX a été suspendu en 2008 en raison de complications allergiques. Il est peu probable que le laboratoire Pasteur reprenne la commercialisation d' un vaccin dont la sécurité n'est pas assurée. De plus un nouveau vaccin demande plusieurs années de recherche avant d'être mis sur le marché.

De plus aucun pays dans le monde ne réalise la vaccination avec le vaccin DTP seul.

Et l'Hépatite B ?

La vaccination Hépatite B est obligatoire pour les nourrissons dont la mère est porteuse de l'Hépatite B. Pour les autres enfants, certes le risque de contamination pendant la petite enfance est faible. Mais L'hépatite B est beaucoup plus grave quand elle survient pendant l'enfance . Et n'oublions pas que l'Hépatite B est toujours responsable de 1 500 décès en France par an !

D'ailleurs, au sein de l'Union européenne, tous les pays ont une politique vaccinale contre l'hépatite B. Celle-ci est,  pour une majorité d'entre eux,  universelle, et s'adresse à tous les enfants  (pour l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la Grèce et la Pologne). D'autres ont choisi de vacciner les personnes à risque (notamment le Royaume-Uni).

Les recommandations du Pédiatre

avis du pediatreA l'heure actuelle, je vous recommande de vacciner votre enfant avec les vaccins hexavalents disponibles en France. Ils sont plus sûrs que l'ex. D.T. Polio. Ils protègent contre des maladies qui peuvent être mortelles. Ils entraînent beaucoup moins d'effets secondaires que les vaccins que vous avez pu avoir pendant votre enfance. Même s'ils vaccinent contre plus de maladies, ils ne contiennent maintenant que des petits fragments de bactéries (les antigènes). Ils ont donc moins d'antigènes que les anciens vaccins.

Les articles à consulter également :

 

Sources :

  1. Bulletin Infovac de Février 2017
  2. Vaccination obligatoire, Site du Conseil d'Etat, publié le 8 février 2017
  3. L'imbroglio du vaccin DTP, Mesvaccins.net, publié le 13 février 2017
  4. La concertation citoyenne sur la vaccination [consulté le 25 mars 2017]

Auteur :
Dr Rondeleux EmmanuelleDr Emmanuelle RONDELEUX
Pédiatre, Allergologue, Homéopathe

Date de publication : 27 mars 2017
Dernière révision de l'article : 25 juin 2018

 

Page consultée : 1 334 fois
N'hésitez pas à donner votre avis en votant ci-dessous ou, si vous êtes abonné, à laisser un commentaire (les commentaires seront transmis et validés par nos rédacteurs avant publication ).
 
Imprimez cette page ou invitez vos amis sur ce site avec :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.